« Les tulipes au Portugal | Accueil | Callistemon »

La rose


ShareThis

Dans un riche parterre où mille et mille fleurs
  Étalaient à l'envi leurs riantes couleurs,
  Une rose régnait, fière de son calice
  Où brillait un vif incarnat,
  Elle élevait sa tête avec éclat
  Au dessus de l'œillet, au dessus du Narcisse.
  Le Zéphyre la vit : la voir, c'était l'aimer;
  Il l'aima donc. le voilà qui caresse
  De son souffle léger l'objet de sa tendresse,
  Et qui fait tout pour l'enflammer.
  A tant de soins la Rose fut sensible :
  ( Belle n'est jamais inflexible.)
  Elle paya Zéphyre de retour.
  Heureux s'ils avaient pu conserver leur amour!

Rose (c) SB

  Ils jouissaient du sort le plus paisible,
  Lorsque Aquilon, le plus fier des Autans,
  Ce triste ennemi du Printemps,
  Aperçut notre rose et, malgré son long âge,
  Lui présenta son amoureux hommage.
  Rose d'abord le reçut froidement,
  Son cœur était tout entier à Zéphyre.
  Bientôt pourtant il se laissa séduire
  Par le pouvoir de ce nouvel amant.
  Fière d'avoir sous son empire,
  Le terrible Aquilon, le Roi des Ouragans,
  Elle dit au pauvre Zéphyre :
  Retirez-vous, vos soins deviennent fatigants.

Rose (c) SB


  Le malheureux écoute, se retire,
  Et va conter sa peine aux échos du Vallon
  Cependant la Rose infidèle
  Prodiguait ses faveurs au superbe Aquilon,
  Elle goûtait le plaisir d'être belle ;
  Fatal plaisir ! que tu lui coûtas cher !
  Du haut d'un mont hyperborée,
  Un jour l'impétueux Borée
  Combattait les tyrans de l'air.
  Il voit la rose, il l'admire, Il s'arrête,
  Et la dispute à son amant heureux.
  Aquilon défend sa conquête,
  Avec fureur ils s'attaquent tous deux...
  Leur combat effrayant épouvante le monde ;
  Tous deux ardents, audacieux,
  De leurs longs sifflements font retentir les cieux ;
  Tous deux troublent la terre et bouleversent l'onde
  De Rose en un instant le jardin fut détruit,
  De ses amants elle fut la victime ;
  Ce fut ainsi qu'elle expia son crime.


Rose (c) SB

De l'infidélité tel est le triste fruit.
  O toi, ma charmante Glycère,
  Que Rose et ses Malheurs te servent de leçon.
  Préfère ton amant avec une chaumière
  A l'empire du monde avec un Aquilon.


Victor Hugo 1816

Posted by sophie on mai 3, 2007 at 11:16 PM dans Roses | Permalink

Commentaires

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.